Valorisons nos textiles, linge et chaussures

ModeImprimer
Image
Collecte du textile, linge et chaussures

L’industrie textile est à l’origine de 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Il est urgent de modifier nos comportements afin de se détourner du “tout jetable” de la fast fashion pour aller vers une économie plus vertueuse, plus durable.

Dans le cadre de ses actions en faveur de la protection de l'environnement, la Métropole encourage les habitants à réduire leurs déchets à la source en installant de nouveaux conteneurs d'apport volontaire (ou renouvelant l'existant) pour les textiles, linge et chaussures (TLC) près de chez eux.

La coordination de la filière au niveau national est assurée par l'éco-organisme Eco TLC. Sur notre territoire, la collecte est assurée par l’association locale Solidarité Textiles, qui trie, conditionne et revalorise ensuite les textiles ou chaussures en vue de leur réemploi ou recyclage. 

Dans un conteneur textile.

Consultez la carte des points d'apport volontaires dans la page ou rendez-vous sur refashion.fr

Vêtements

Pantalons, chemises, t-shirts, pulls, robes, manteaux, joggings, sweatshirts, chaussettes, sous-vêtements, écharpes, bonnets, foulards, maillots de bain, collants, layettes...

Linge de maison

Serviettes de table et de bain, nappes en tissu, gants de toilette, parures de lit, torchons, tabliers de cuisine... mais pas les
couettes ni les oreillers.

Chaussures

De sport, de ville, sandales, tongs, bottes... mais pas
les rollers, ni les chaussures de ski.

  • Mettre les produits dans un sac (pas trop volumineux, 30L maximum)
  • Ne pas mettre de vêtements mouillés ou humides
  • Attacher les chaussures par paire pour éviter qu’elles ne se séparent pendant le transport ou le tri
  • Bien fermer le sac
  • Vérifier que le sac est bien tombé dans le conteneur, ne rien laisser sur l’espace public.

Filière textile et insertion, le cercle vertueux

Solidarité Textiles collecte, trie et valorise les textiles usagés de notre territoire. Ce qui permet à l’association d’insertion de donner l’opportunité à des personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières, de bénéficier d’un contrat de travail en vue de faciliter leur insertion professionnelle. Rencontre avec deux bénéficiaires.

  • Émilie in Rouen

    Portrait d'Emilie Mambo
    Émilie Mambo, 38 ans, s'est s’installée à Canteleu pour devenir agent de tri au sein de Solidarité Textiles.

    « J’aime ce travail, qui m’a aidée à m’installer dans la région. C’est un travail d’équipe, avec des collègues ouverts, un encadrement bienveillant, un respect mutuel. » Chaque jour, Émilie ouvre les sacs collectés dans la Métropole, évalue l’état de chaque vêtement avant de l’orienter dans la bonne filière et la bonne catégorie : mise en vente pour les produits en bon état, chiffons ou encore export pour les autres. Elle apprécie d’autant plus ce poste qu’elle a connu des expériences pas toujours positives en région parisienne, « notamment agent de ménage chez des personnes âgées ». Il ne lui reste que six mois de contrat chez Solidarité Textiles. Un délai qu’elle va mettre à profit pour boucler son projet professionnel. « Je veux obtenir un CAP petite enfance pour
    travailler en crèche. J’aime beaucoup la compagnie des enfants ! »

     

  • Florian, jeune homme aux paires

    Florian Hennetier
    C’est autant par conviction que par besoin que Florian Hennetier, 30 ans, travaille en insertion chez Solidarité Textiles.

    Le textile d’occasion, c’est son quotidien depuis... toujours, ou presque ! « Je n’ai pas acheté de vêtement neuf depuis que j’ai 15 ans. Sous-vêtements compris ! » Destiné à devenir coiffeur, il a préféré bifurquer pour travailler dans le textile. « J’aurais aimé faire du design textile. J’adore le vêtement, mais pas la mode ni le milieu de la mode ! J’aime les gens qui n’ont pas d’argent mais des super looks ! » Chargé du rayon chaussures, Florian fait des pieds et des mains pour mettre en valeur les paires en bon état. Il adore aussi trouver des pièces surprenantes, rares, même dépareillées, comme cette botte de drag queen ! Oui, quelqu’un a, un jour, déposé cette grande botte rouge brillant dans un conteneur ! Chineur et collectionneur, Florian fréquente Emmaüs, les ressourceries, et les foires à tout aux beaux jours. Il fait bénéficier Solidarité Textiles de son œil exercé et de sa connaissance des vêtements pour optimiser le tri. Il ne s’intéressera pas à un pantalon coupe skinny de fast fashion... mais il ne ratera pas une belle pièce vintage.

Retrouvez les points d'apport volontaire du territoire

Adresses utiles

Allez, BISOU !

Pour consommer responsable – et éviter de trop dépenser -, évitons les achats compulsifs.

La méthode BISOU, c’est cinq questions à se poser avant de craquer... Et ça marche pour tout produit, donc les vêtements, neufs ou même d’occasion.

  1. B comme Besoin
    à quel besoin cet achat répond-il chez moi ?
  2. I comme Immédiat
    en ai-je besoin immédiatement ?
  3. S comme Semblable
    est-ce que j’ai quelque chose de semblable qui pourrait faire l’affaire ?
  4. O comme Origine
    quelle est l’origine de ce produit ?
  5. U comme Utilité
    cet objet va-t-il m’être utile ?
Aidez-nous à améliorer notre site

Astuce : pensez à utiliser notre moteur de recherche !

CAPTCHA
6 + 9 =