Aller au contenu principal

Un nouveau dialogue avec le fleuve

Body

La Seine, dénominateur commun du territoire, façonne le paysage, la vie urbaine et l'économie régionale.

Historiquement, le fleuve a contribué au développement du bassin d'emploi rouennais, point de rencontre entre la voie fluviale et maritime, et continue encore aujourd'hui à organiser le fonctionnement du territoire.

L'agglomération a longtemps tourné le dos à son fleuve et à son port. C'est cet état de fait, lié à la présence d'espaces disparates anciennement industrialo-portuaires en cœur d'agglomération, que le projet d'écoquartier vise à changer - comme cela a déjà été entrepris en rive droite avec le réaménagement du quartier Pasteur, de l'espace des Marégraphes, des quais, de l'espace Docks et plus récemment de l'écoquartier Luciline.

Sur le site du futur quartier, la ville et le fleuve, la ville et le port se rejoignent. Il s'agit donc d'un espace tout à fait particulier, une interface : un espace de jonction entre d'autres espaces, qui ont des fonctions différentes, et donc un espace sensible, qui appelle un « traitement » adapté. C'est ce traitement, cette réalisation d'une nouvelle interface, que le nouveau quartier ambitionne de réussir. À mesure que les fonctions portuaires se réorganisent vers l'aval (car elles demandent de plus grands espaces que ceux disponibles à proximité du centre-ville), le site du quartier est aussi un espace en mutation : il faut donc inventer une nouvelle organisation qui permette aux différents usages urbains, économiques et portuaires, de cohabiter de manière harmonieuse et constructive.

L'appartenance du nouveau quartier à l'univers portuaire et fluvial est à intégrer au projet et en constitue une de ses composantes fortes. Elle lui confère son identité. La ville s'ouvre sur le fleuve et s'articule autour de la création d'un vaste parc paysager fluvial sur 3 km de long, la Prairie Saint-Sever et les Quais rive-gauche. Le réaménagement du front de Seine en une grande promenade verte continue ouvre des espaces propres à de nouveaux usages culturels et de loisirs jusqu'à la presqu'île Rollet. Sur près de 20 hectares entre la Presqu'île Rollet et le Pont Guillaume le Conquérant, cette interface constitue l'espace public majeur du nouveau quartier, ancré dans le grand paysage et rayonnant à l'échelle de tout le centre-ville. Créer les conditions d'un nouveau rapport, d'un nouveau dialogue avec le fleuve : voilà l'une des ambitions centrales du nouvel écoquartier, que vient symboliser la construction du mail urbain vert et bleu qui amènera la Seine aux quartiers de la rive gauche, et les quartiers de la rive gauche à la Seine.

Rouen Flaubert vise à rééquilibrer l'ensemble des fonctions urbaines autour de l'axe que constitue la Seine. Aujourd'hui, celles-ci sont excessivement concentrées sur la rive droite : c'est aussi pour cela que le fleuve est insuffisamment au c?ur de la vie de notre agglomération. L'enjeu est donc de trouver une meilleure répartition spatiale des emplois et des logements, des équipements et des services sur les deux rives du fleuve, en les renforçant sur la rive gauche. Rouen Flaubert participe de cette entreprise. Il constitue à ce titre un élément important dans un projet plus vaste de création d?une nouvelle centralité sur la rive gauche de la Seine qui doit voir le jour, en complémentarité et en équilibre avec la rive droite. Il prend ainsi place dans le projet « Seine Cité », avec le projet de construction de la nouvelle gare d'agglomération à Rouen Saint-Sever associée à un pôle central d'affaires.

 

La reconquête du fleuve par le nouveau quartier vient ainsi traduire la volonté de faire de l' « axe Seine », corridor de développement entre Paris et l'estuaire, un axe majeur du développement de notre agglomération.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?
Pour poser une question, merci d'utiliser le service "Ma métropole"