Aller au contenu principal

Les études antérieures

Body

Le champ de courses des Bruyères ne sert plus à l'organisation de courses hippiques depuis 2005 quand celles-ci ont été transférées à Mauquenchy. La Métropole a alors souhaité amorcer la réflexion sur le devenir de ces terrains.

Une réflexion partagée, l'élaboration d'une culture commune

Sa nature et son emplacement font de l'ancien champ de courses un espace précieux. Inscrite dans le long terme, la réflexion sur son aménagement s'est déroulée en plusieurs étapes. Entamée dès 2005, elle a débuté par l'acquisition d'une culture commune en matière d'espaces naturels et de parcs de centre d'agglomération, grâce à l'étude de l'offre existante en France et notamment de quelques exemples de parcs remarquables.

Parc de la tête d'or - Lyon
Parc de la tête d'or - Lyon
Parc « Bornstedter Feld » à potsdam (Allemagne)
Parc « Bornstedter Feld » à potsdam (Allemagne)
Parc des Gayeulles-Rennes
Parc des Gayeulles-Rennes

Source : acquisition d'une culture commune Schubert et Kuschnig

Au terme de ce processus qui a également comporté une participation citoyenne, la réflexion a fait émerger la nécessité d'un parc de loisirs et de détente qui bénéficie à la rive sud mais aussi à l'ensemble de l'agglomération.

Les thèmes ou « invariants » se dessinent progressivement

Sur la base d'un état des lieux urbain et paysager, des besoins plus précis apparaissent : la nécessaire perméabilité avec le tissu environnant, l'accessibilité à tous et en toute saison, le maintien d'équipements sportifs, la richesse de ce site en matière de biodiversité afin d'en faire le support de la trame verte et bleu de l'agglomération, la prise en compte de sa dimension historique et enfin la nécessaire définition d'une identité propre sont autant d'éléments que l'aménagement du parc devra respecter et restituer.

Une dimension sportive à intégrer

La dimension sportive est présente depuis longtemps sur le site, dont elle couvre 19 hectares sur 28. Aujourd'hui 17 terrains de sport entretenus par la ville de Rouen sont utilisés par une vingtaine d'associations pratiquant, entre autres, le football, le rugby, ou encore le football américain.

Ainsi, aucun projet n'était envisageable sur le site tant que le devenir de ces terrains ne pouvait être assuré.

Les conditions techniques et financières permettant de restituer la fonctionnalité des 17 terrains de sport existants ont donc été étudiées par la ville de Rouen. Ces études ont abouti au projet de réaliser 6 terrains synthétiques en remplacement des 17 terrains présents sur l'hippodrome. Deux à trois de ces 6 terrains prendront place sur le site même du champ de courses.

Une vision partagée avec les habitants et associations

En 2005, les communes de Sotteville-Lès-Rouen et de Saint-Etienne-du-Rouvray ont mené une enquête auprès de leurs habitants sur le diagnostic du site et sur 3 scénarios d'aménagements. Ces scénarios ont mis en évidence un large accord du public sur la vocation d'un parc de nature et de détente comprenant des équipements sportifs.

Le débat va se poursuivre en repartant du diagnostic mis à jour, afin de donner toute liberté au public pour mettre en avant ses propositions.

Aujourd'hui, de nombreuses questions restent ouvertes :

  • Comment répondre aux différents usages souhaités tout en donnant une identité cohérente au nouveau parc ?
  • Quels aménagements imaginer pour assurer la préservation de la biodiversité présente sur le site ?
  • Quelle place donner à la pratique sportive ?
  • Comment concevoir un parc attractif, avec un rayonnement d'agglomération, qui puisse concilier une réponse à des besoins et des attentes actuels avec le respect de sa dimension historique ?
  • Si l'on veut que le nouveau parc soit porteur d'une image forte, quelle identité lui donner ?

En organisant une concertation participative, la Métropole a souhaité que les futurs usagers du parc s'emparent de ces questions et en débattent librement.

Actualités liées

Récemment dans la thématique "Parc naturel urbain du Champ des Bruyères"

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?
Pour poser une question, merci d'utiliser le service "Ma métropole"