Stop aux violences dans les transports en commun

  • Publié le 08/03/2021 - 08:22
Stop aux violences dans les transports en commun

À partir du lundi 8 mars, Réseau Astuce et la Métropole Rouen Normandie se mobilisent pour la sécurité dans les transports en commun.

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes et dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux femmes, le 8 mars, Réseau Astuce et la Métropole Rouen Normandie se mobilisent . La descente à la demande sera désormais étendue dès 22h à toutes les lignes FAST et Teor. Le système de vidéoprotection est renforcé et une vaste campagne de sensibilisation est déployée pour lutter contre les violences dans les transports en commun.

La descente à la demande

La descente à la demande, pensée en premier lieu pour les femmes, permet à toute personne seule ou accompagnée d’un enfant, homme ou femme, qui le demande, de descendre entre deux arrêts à partir de 22h sur les lignes TEOR (hors centre-ville), et les lignes FAST. À partir du 8 mars, la descente à la demande sera désormais opérationnelle sur les lignes TEOR et FAST qui n’ont pas vu leur offre modifiée par le couvre-feu.

La personne signale au conducteur son souhait de descendre au moins un arrêt avant la zone de descente concernée. Le conducteur décide de la faisabilité de la demande et, le cas échéant, invite à descendre par la porte avant, les portes arrière restant fermées. Afin d’assurer la descente en toute sécurité, le conducteur doit s’assurer de trois critères de faisabilité : éclairage de la zone suffisant, accostage facile et cheminement piéton adapté à proximité. En réduisant le parcours à pied entre les lieux de descente et de destination, la descente à la demande a pour objectif de rendre les déplacements des femmes plus sûrs et répond au sentiment d’insécurité éprouvé par les femmes notamment la nuit dans l’espace public.

Depuis le 31 août 2020, le réseau Astuce expérimente un dispositif d’alerte vidéo en temps réel sur 20 véhicules. Ce système permet grâce à l’Intelligence Artificielle de :

  • déterminer une situation sonore anormale à l’aide de capteurs d’incivilité ;
  • détecter les bagages abandonnés dans les véhicules en terminus de ligne.

Et ainsi de déclencher automatiquement sans intervention humaine une alarme directement dans la salle de commandement du réseau Astuce
Ce système sera renforcé à compter du lundi 8 mars par un 3e point d’activation à l’aide de boutons d’urgence activables par les voyageurs. Ainsi, une victime ou un témoin en effectuant un appui long sur ceux-ci déclenche une alarme au sein de la salle de commandement du réseau Astuce avec une visualisation en temps réel des faits. Celle-ci permet l’envoi d’équipes d’intervention du réseau et de Police plus rapidement réduisant les délais d’assistance.

Pour Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Métropole Rouen Normandie, Myriam Mulot, Vice-Présidente de la Métropole Rouen Normandie en charge de la lutte contre les discriminations, de l’égalité femmes-hommes et du handicap et Cyrille Moreau, Vice-Président de la Métropole Rouen Normandie en charge en charge des transports, des mobilités d’avenir et des modes actifs de déplacement : « La question de la sécurité des femmes dans l’espace public est absolument centrale et doit interroger l’ensemble de nos politiques. Dès le 8 mars, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, la Métropole Rouen Normandie et Réseau Astuce se mobilisent pour renforcer la sécurité dans les transports en commun. La descente à la demande, initialement prévue pour les Noctambus et la ligne T1 sera désormais étendue dès 22h à toutes les lignes Fast et TEOR. La vidéoprotection en temps réel, déjà déployée dans 20 bus du réseau et qui se déclenchait jusqu’à présent automatiquement en cas de trouble sonore ou de bagage abandonné, est renforcée par un bouton permettant aux usagers eux-mêmes de l’activer. En parallèle, nous déployons une vaste campagne de sensibilisation contre les violences faites aux femmes. Libérons la parole contre les violences et toutes les formes de discriminations. C’est un enjeu du siècle qui doit tous nous mobiliser ! »