Consultez les voeux de la Métropole Rouen Normandie
Aller au contenu principal

Faire mes courses : la solidarité pour le petit commerce

  •   10/11/20

Lancé lors du premier confinement par un entrepreneur rouennais, le projet Fairemescourses.fr permet aux petits commerçants de créer gratuitement leur boutique en ligne. Un succès solidaire.

Lors du confinement de mars 2020, les commerçants se sont brutalement retrouvés confrontés à la fermeture de leurs boutiques. L'évidence s'impose à Arnaud Lermercier, entrepreneur rouennais : "Il fallait aider. On s’est donnés une semaine pour proposer une solution pour que les commerçants puissent prendre des commandes. » Il est développeur web. Il se lance avec sa femme dans le projet Fairemescourses.fr

Fin avril, la plateforme est en ligne. A la mi-juin 2020, 61 marchands y proposent 751 produits, et 415 communes sont couvertes. Le projet, complètement bénévole, aurait pu en rester là. Il permet aux commerçants de créer leur boutique gratuitement, de renseigner les produits qu'ils vendent, leurs conditions de retrait ou de livraison, et leurs modes de paiement. Simple. Efficace.

Le consommateur, lui, indique sa commune de résidence et voit aussitôt avec quels commerçants il peut faire affaire près de chez lui. Les villes disposent ainsi de places de marché, avec tous les commerçants locaux.

L'outil existe, fonctionne, et les projecteurs se braquent à nouveau sur lui la veille du reconfinement. Arnaud Lermercier passe sur France Bleu Normandie, puis Fairemescourses.fr est cité sur TF1, sur M6, sur RTL. La courbe des nouvelles boutiques explose et dépasse les 5000 en quelques jours.

Statistiques Faire mes courses

Le 9 novembre 2020, près de 16 500 villes sont couvertes dans toute la France et près de 90 000 produits sont en vente.

Arnaud Lermercier continue de faire évoluer la plateforme et surtout réfléchit à l'avenir. Avec sa femme Alexandra qui est aussi impliquée que lui dans le projet, ils projettent de créer une association à laquelle les collectivités locales pourront adhérer. "Le service doit rester totalement gratuit pour les commerçants", expliquent-ils. Les valeurs d'entraide et de solidarité à l'origine du projet doivent durer dans le temps et continuer de favoriser le commerce de proximité.